Char­lotte Gains­bourg se confie sur la succes­sion de son père, Serge Gains­bourg

10 avril 2018 - 33 vues

Les histoires d'héri­tage sont au cœur des passions depuis que le clan Hally­day se déchire sur la place publique. Dans une inter­view, Char­lotte Gains­bourg explique que malgré le manque de direc­tives de son père, tout est fina­le­ment rentré dans l'ordre.

 

Depuis que Johnny Hally­day nous a quitté et que son clan se déchire son héri­tage, le sujet ne cesse de reve­nir. Mais comment on fait les autres ? Ainsi nous appre­nions que Jean-Michel Jarre a été déshé­rité par son père, qui comme Johnny vivait aux États-Unis, ou encore que Alain Bashung n'avait laissé que des miettes à son ainé, Arthur Bashung. A croire que les musi­ciens sont les plus touchés. Aujourd'hui, Char­lotte Gains­bourg revient sur ce sujet dans une inter­view qu'elle a accordé au Pari­sien. Si l'on sait que la célèbre maison de la rue de Verneuil lui appar­tient, qu'en est-il de la succes­sion ? Pour rappel, l'homme à la tête de chou a eu 4 enfants de 3 mères diffé­rentes.

Advertising
 
 
 
 
Passer dans 8 s
 

>>> VIDEO Yvan Attal va-t-il se marier avec Char­­lotte Gains­­bourg ? Il répond enfin

« C'était très doulou­reux au départ, comme ça l'est toujours dans toutes les familles. Les réunions chez le notaire, pour moi comme pour mes frères et mes sœurs, nos parents, c'était fran­che­ment horrible, explique la fille de Jane Birkin. Mon père nous a lais­sés dans un flou total. C'est ce qu'il voulait : après moi le déluge. Et c'était le cas, on ne savait pas ce qu'il fallait faire. J'avais 19 ans, mes frères et sœurs à peine plus, mon petit frère Lulu avait 5 ans… Et on avait des demandes qui venaient de partout… »

>>> Lulu Gains­­bourg se confie sur ses rela­­tions avec Char­­lotte et les autres enfants de Serge Gains­­bourg

Un choix qui colle à l'image de l'artiste. Par chance, Char­lotte confirme que tout s'est fina­le­ment bien passé, et qu'ils se sont « débrouillés. » « C’est revenu aux enfants, on a tout parta­gé… On gère le droit moral tous les quatre (NDLR : avec Paul et Nata­cha Gains­bourg, enfants de son premier couple, et Lulu Gains­bourg, fils de Bambou). Il y a une personne qui centra­lise les demandes. Mon père avait créé une société d’édi­tions (NDLR : Melody Nelson), cela passe par elle, c’est carré. […] Chacun a fait ce qu’il voulait et on n’a pas eu d’em­brouille. Moi, j’ai voulu rache­ter la maison rue de Verneuil. Les autres n’avaient pas envie et on peut lescomprendre », conclut l'inter­prète de LemonIncest. On sait malheu­reu­se­ment main­te­nant que c'est loin de se passer comme ça à chaque fois.